Insertion et Politique Publique

Au regard des grandes transformations qui modifient en profondeur le secteur social et médico-social, la capacité d’adaptation et d’évolution des établissements est essentielle pour éviter un bon nombre d’errements.

Adaptation et d’évolution des établissement

Le secteur sociale et médico-social a pour socle un ciment humain de souffrances, de culpabilité et de don de soi, qui suscite une volonté de se battre et de s’organiser

La continuité d’une structure ne peut se bâtir à partir d’un seul individu. La rationalisation des coûts, l’identification des fonctions, le contrôle du projet sont indispensables pour demain.

Cette mutation rapide des établissements et surtout les tensions qui en ressortent pour un directeur ou un chef de service l’importance d’une posture soutenante.

Il est nécessaire pour tout directeur de fédérer pour relever. Il doit au quotidien conduire ses actions en cohérence avec des valeurs dont certains actes sont décisifs.

Les actes

  • Reconnaissance quotidienne aux salariés et y porter de l’intérêt
  • Définir un cadre et des règles en s’appuyant sur les valeurs communes, en développant une meilleure cohérence et en sollicitant l’implication
  • Reconnaître le droit à l’erreur
  • Favoriser la démocratie
  • Prendre les décisions difficiles et les assumer
  • Accompagner l’adaptation à l’environnement, et surtout l’anticiper en étant à proximité des équipes en informant, en expliquant les enjeux, en suscitant l’adhésion, considérant les acteurs responsables
  • Avoir une vision claire, communiquer et partager sa vision dynamique
  • Développer la coopération interne : culture de travail collectif autour d’un projet partagé
  • Développer le plaisir de travailler ensemble

Diriger c’est être exigeant, mais aussi indulgent en acceptant que l’on fasse de notre mieux.

C’est aussi considérer que les autres font de même.

Mais c’est surtout ne jamais abandonner, faire preuve de pugnacité.

Sylvie Laroche

Il revient à chacun de réfléchir à sa posture professionnelle qui repose sur des valeurs fortes : engagement, esprit d’équipe, solidarité, satisfaction de l’usager, rigueur, initiative, créativité, confiance, respect.

Elle est d’autant plus essentielle dans cette période de reconfiguration engagée du secteur médico-social.

Les impacts des lois sur la décentralisation, de la loi 2002.2 et du 11 février 2005 ont largement modifié le métier de directeur. L’environnement du directeur des établissements sociaux et médico-sociaux se compose entre autres, de la relation avec les salariés et les personnes accueillies.

Management de la bienveillance

Développer un management de la bienveillance demeure une richesse dans l’institution et contribue à l’amélioration de la qualité du service rendu.

La spécificité du métier du directeur d’ESMS réside, bien au-delà de la fonction organisationnelle et hiérarchique, dans une approche « clinique ». « La reconnaissance des spécificités des institutions sociales et médico-sociales est pour le directeur une invitation à penser cliniquement l’institution » (F.Batifoullier : Manuel de direction en action sociale et médico-sociales).

La position éthique du directeur doit l’amener à reposer le sens de l’action sociale et ainsi repolitiser le travail social : le travail social est avant tout un acte politique qui doit nous interroger sur le vivre ensemble, sur les valeurs de la République, sur la laïcité, sur la tolérance, sur le bien commun, sur le devenir. Le travail social est la base même de la démocratie en nous interrogeant sur la place faite dans notre société aux personnes les plus vulnérables, sur la considération même de ces personnes, sur l’écoute et les réponses que la société doit apporter. Repolitiser le travail social c’est avant tout légitimer le regard de la personne accueillie y compris dans sa dimension négative : sentiment de colère ou d’injustice.

Engagement politique

L’engagement politique c’est aussi et avant tout investir le territoire. Par sa dimension locale, il est facilitateur de changement social, le territoire devenant alors source de mobilisation de forces vives et de développement adéquat de réponses adaptées aux problématiques territoriales.

C’est également l’occasion de s’investir dans des projets adaptés et innovants soutenus politiquement. Ainsi les associations reprennent pleinement leurs fonctions en soutenant des perspectives alternatives en accord avec leurs valeurs. 

Il s’agit avant tout d’œuvrer et de construire ensemble pour un projet de grande ampleur : le vivre ensemble, ce qui nous peut nous amener collectivement à dénoncer auprès des instances les conditions d’accueil indignes réservées à certaines personnes.

Sylvie Laroche Armee du Salut – ancienne Directrice