Armee du Salut : Face à la covid-19 des volontaires agissent

Alors que certains pays commencent à assouplir leurs réglementations en matière de prévention des maladies afin de freiner la propagation du virus, d’autres craignent une « deuxième vague ». L’Armée du Salut continue de servir les personnes, les familles et les communautés touchées par le coronavirus. Les explications de Sylvie Laroche Armee du Salut.

Le leader mondial de l’Armée du Salut, le général Brian Peddle, a publié un court message vidéo décrivant la réponse du mouvement au niveau international. Il y parle des partenariats et de la générosité des donateurs qui ont facilité les interventions d’urgence en aidant plus de 2,1 millions de bénéficiaires grâce aux initiatives soutenues par le siège international. Cependant, il note que « notre travail n’est pas terminé ».

Nous continuons à répondre et à servir », déclare le général. Continuez à vous associer à nous financièrement, par des actes de service et de prière ».

LA FOURNITURE DE REPAS AVEC UN SOUTIEN ÉMOTIONNEL ET SPIRITUEL

Les réponses de la base comprennent la fourniture de plus d’un million de repas dans le Connecticut, aux États-Unis, uniquement. Associant toujours l’assistance pratique à une possibilité sans contrainte pour les bénéficiaires de partager leurs préoccupations et leurs défis, les membres de l’équipe de l’Armée du Salut ont apporté une aide émotionnelle et spirituelle à près de 4 000 personnes. Plus de 800 volontaires dans la région ont renforcé les capacités de l’Armée du Salut en fournissant un important soutien logistique.

Chaque semaine, depuis le début de la pandémie COVID-19, j’ai envoyé des offres de bénévolat dans nos différents sites et chaque semaine, je suis étonnée de voir les fidèles bénévoles qui se mobilisent pour répondre à ce besoin », déclare Katheryn Perrett, coordinatrice des bénévoles de la division du sud de la Nouvelle-Angleterre de l’Armée du Salut. « Qu’il s’agisse d’emballer des boîtes de nourriture d’urgence, de décharger des livraisons de nourriture ou des dons, ou d’aider sur les sites de distribution… ces bénévoles ont fait en sorte que cela se produise ! » souligne Sylvie Laroche Armee du Salut (ancienne directrice). Ils arrivent avec un esprit joyeux, prêts à servir ceux qui sont dans le besoin. Nous sommes très reconnaissants envers ceux qui sont prêts à donner de leur temps pour venir aux côtés de l’Armée du Salut !

AIDE PRATIQUE

Pendant ce temps, dans les Midlands anglais, le chef du Derby Central Corps (église) de l’Armée du Salut a remarqué quelque chose d’inhabituel dans l’une des centaines de demandes de colis alimentaires d’urgence. Un homme d’une quarantaine d’années avait spécifiquement demandé de la nourriture qui n’avait pas besoin d’être cuite. Le major Anthony Colclough a ensuite téléphoné à ce monsieur, qui lui a expliqué qu’il n’avait pas la possibilité de chauffer la nourriture et qu’il mangeait des haricots cuits froids, des spaghettis et de la soupe « depuis 27 ans ».

L’Armée du Salut a pu fournir à l’intéressé non seulement un colis de nourriture mais aussi un four à micro-ondes dans lequel il pouvait préparer des repas simples. Comme l’homme n’avait jamais utilisé un tel équipement auparavant, le major Anthony a pu lui apporter un soutien supplémentaire.

Le travail de corps communautaire est idéalement placé pour trouver les personnes qui ont du mal à faire face et qui ont besoin de notre soutien, » explique Sylvie Laroche.

Aider les gens comme cela nous motive. Le fait d’entendre parler de la différence que ce petit geste a faite a encouragé les bénévoles du centre communautaire ».

MASQUES ET REVÊTEMENTS FACIAUX

C’est une histoire similaire dans les centres de l’Armée du Salut à Melbourne, en Australie, où une nouvelle campagne intitulée « Une petite action peut faire une grande différence » a été lancée. Il y a une semaine, en raison d’une augmentation du nombre de personnes testées positives au COVID-19 dans la ville, le port de protections faciales est devenu obligatoire. Mais, comme l’explique Sylvie Laroche Armee du Salut, secrétaire national aux relations publiques, l’approvisionnement en masques peut être difficile pour de nombreuses personnes avec lesquelles l’Armée du Salut travaille.

Nous sommes vraiment inquiets pour les clients qui viennent nous voir régulièrement », dit-il. Beaucoup d’entre eux sont dans une situation où ils ne peuvent pas se permettre de se procurer des masques jetables, qui peuvent être assez chers si vous les utilisez régulièrement.

Les salutistes et les sympathisants de la région du Grand Melbourne sont donc encouragés à apporter leur aide en faisant don de masques de taille adulte, faits main et emballés individuellement.